Qui est "In", qui est "Out" ?

Publié le par Serval

Tu passes le premier tour, tu es « In », tes idées font 10% tu es  «Out ».

 

Tu te poses en arbitre tu es « In », malgré 30% des voix tu te retrouves « Out ».

 

Tu fais une ouverture vers le centre tu es « In », mais ce faisant tu soldes l’électorat de gauche et tu risques de finir « Out ».

Tu menaces à peine voilées les députés de l’UDF pour qu’ils te rejoignent, tu te crois « In », mais les électeurs qui ont voté  pour un homme plus que pour son parti vont te mettre « Out ».

 

Tu rentres dans la faille pour propulser ton Parti Démocrate, tu es « In », mais si tes soutiens ne sont qu’éphémères et volatiles, tu va te retrouver « Out ».

 

Tu affiches ta sérénité, tu fais « In », mais dans les coulisses on ressort les vidéos sur Human Bomb pour te faire mousser, tes lieutenants flinguent à tout va et tu tentes par tous les moyens de reprendre la main médiatique, tu es aux abois, tu es « Out ».

 

Tu traînes des pieds, tu tempêtes et menaces de créer un nouveau parti à gauche du PS en pensant que c’est « In »,  et tu te tournes vers l’extrême gauche, tu es « Out ».

 

Tu acceptes un débat sans ralliement avec le troisième tu es « In », tu tentes de t’y opposer à coup de pression ou de stratégie rusée, cela ne fais pas démocrate et tu es « Out ».

 

Tu occupes le terrain malgré que tu ne soie pas au second tour, tu es « In », tu es déjà dans l’arrière pensée des législatives et de 2012, tu es « Out ».

 

Tu proposes une dose de proportionnelle pour draguer le FN, afin d’être « In », mais ce faisant tu renie les principes de ton parti, tu es « Out ».

 

Qui est « In », qui est « Out » ?


Au delà des "In" et des "Out", sur le déroulement de cette campagne de second tour, de la fébrilité qui s'empare de l'UMP, et malgré les déchirements à gauche et au centre, celle que tout le monde voyait « Out » devient de plus en plus « In »…

Publié dans Toutes griffes dehors

Commenter cet article

brigetoun ou brigitte celerier 30/04/2007 19:20

problème : pour une bonne partie des français, le jeu des "in" et "out" sent cette horrible chose qu'on lui a appris à désigner comme l'élitisme et ils choisiront le candidat "du peuple", oubliant le temps d'un vote de se gausser de cette autodénominatiob, ravis de s'en remettre à quelqu'un qui gueule "je suis le plus fort, et je sais"