Vos Dieux ont les mains sales

Publié le par Serval

Depuis l’aube de l’humanité, depuis que l’homme s’est crée des entités, des panthéons et des divinités.

Depuis que l’on pille, que l’on viole, et que l’on torture à l’aise. Que l’on assouvit ses bas instincts au nom d’un croix d’un croissant ou d’une étoile, que l’on multiplie les St Bathelemy à travers la planète, qu’on impose sa religion comme si elle était la seule, l’unique l’ultime.

 

Depuis les massacres et les génocides au nom de la foi ou l’on fait disparaître des civilisations pour en voler l’or et la quincaillerie matérielle. Depuis que l’on réduit en esclavage qu’on détruit les divinités des autres sur l’autel de sa propre mauvaise foi afin de mieux les asservir, afin de mieux vous en servir. Basse besogne terrestre au nom de celui que vous louez, au nom de qui vous perpétrez vos exactions , pour qui vous batissez vos temples rutilants.

 

Depuis que l’on noue le bandeau noir de l’ignorance sur le peuple en lui promettant une vie meilleure dans un quelconque Valhalla ou il se reposera demain de la misère qu’aujourd’hui on lui impose. Depuis qu’on le baillonne pour étouffer sa révolte, depuis que l’on met en doute la science qui démontre et démonte le charlatanisme, afin de maintenir la dose d’obscurantisme, que l’on a inventé le miracle, pour donner de l’espoir, pour capter auprès des marchands du temple par vous même crées les quelques piécettes que vous n’avez pas encore racolé.

 

Depuis que l’on prône la tolérance et l’amour du prochain en pratiquant l’intolérance et la haine de celui qui ne vous ressemble pas. Depuis que des gosses se font sauter afin de faire le maximum de morts et de blessés afin que vous puissiez vous gargariser de vaines paroles, de menaces voilées, d’attentats meurtriers en espérant l’escalade, l’intervention de l’armée dans des territoires qu’elle ne devrait pas occuper si elle même suivait les préceptes de la religion qui l’a amenée sur cette terre.

 

Depuis l’aube de l’humanité, depuis que les religions ont été crées. Depuis que des générations se sont affrontées pour le plaisir de bandes rivales aux égos surdimensionnés, chacune prétendant, au nom de quoi d’abord, avoir le seul vrai Dieu dont elles veulent mettre l’étendard sur le monde entier. Depuis que l’on a crée des axes du mal pour mieux justifier les invasions et la barbarie.

 

Depuis que vous vous êtes auto-amnistiés en inventant le pardon qui suit vos péchés dès lors que l’on va se confesser, que vous vous lavez les mains de vos inquisitions, de vos autodafés, de vos guerres et de la misère que vous créez dans le sang  de l'humanité.

 

A cause de ça, vos Dieux ont les mains sales.

 

Mais cela vous est égal.

Publié dans Toutes griffes dehors

Commenter cet article

falconhill 17/04/2007 20:17

Tous les fanatismes sont pas bô... Fanatismes religieux, fanatisme politique aussi.Sinon pareil que Bruno. Ceux qui y croient ne doivent pas être blamés, et nos églises donnent un charme à nos petits villages. Ceux qui tuent en le nom de quelqu'un qui, parait il, pronait l'amour, sont des salops inbuvables qui ne méritent que l'enfer de Dante.Et puis d'accord avec Bruno sur ton retour : t'as mangé quoi pour tout casser comme ça ^__^ ?

Serval 17/04/2007 00:08

stf et BrunoNous sommes bien d'accords. Ce sont les fanatismes qui sont condamnables...

Bruno Lamothe 16/04/2007 22:51

Je me suis toujours interrogé sur le paradoxe des religions, voire dans les religions. Les religions sont portées d'abord, par des valeurs d'amour, de charité, d'amour de son prochain, et c'est heureux. Il faudrait relire, d'ailleurs, les écrits de Francois de Sales, qui pronait l'amour de Dieu contre les fanatismes religieux. Et finalement, ce paradoxe ne s'inscrit-il pas dans la querelle du quiétisme (le "pur amour"), qui opposa Madame de La Mothe-Guyon (et Fénélon) a Bossuet ?
Bref, un parfait paradoxe entre ceux qui prechent l'amour, inscrit dans les livres sacrés, et ceux qui massacrerent au nom de Dieu, les juifs, les protestants, les indiens, les musulmans, les noirs, bref, tout ce qui était différent.
Paradoxe entre les hommes. Entre cette église catholique dont la tete fut si souvent pres des puissants et des tyrans (l'ancien régime, Vichy, par exemple), mais auquel un grand nombre de dignitaires et de membres du clergé refuserent de les suivre.
Je ne condamne pas les religions. Ni ceux qui y croient. Je condamne les fanatisme, de quelque endroit qu'ils soient.
Tu es décidemment tres en forme pour ton retour !

stf 16/04/2007 11:28

Moui, je pense aussi que les religions sont un moyen de contrainte. Je m'étais fait la réflexion que si dieu d' amour existait, la pire insulte qu'on puisse lui faire était la religion (avec son cortège de fanatiques et de gens assoiffés de pouvoir).