Le Baisé de Chirac

Publié le par Serval

Non, non ami bloggien. Il n'y a pas de faute d'orthographe dans le titre...

Et après tout, Chirac n'allait pas embrasser à plein bouche Bayrou qui l'a glavioté depuis cinq ans, encore moi Ségolène (Bernie veille avec
sa pelle à la main) ni la cour des miracles (je parle de leur programme) de la gauche antilibérale et encore moins le seul membre raide de Le Pen (le bras) dont une Villiere rumeur prétend qu'il va bientôt passer de raide à roide.

Restait Sarko.

C'est fait. Au micro-onde (3mn a la télé). "Va je ne te hais point"....mais fais gaffe quand même.

Les soutiens pourris, il les collectionne Sarko...

"Je commence à la sentir de plus en plus m
al soutenue cette campagne"...

Publié dans Spot

Commenter cet article

Serval 26/03/2007 00:37

@ Bruno  et FalconLe gaullisme est mort et enterré depuis longtemps, quand à Chirac comme tu le soulignes Falconhill, il ne pouvait rien faire d'autre qu'un service minimum pour le seul parti stalinien de droite ;-))Je ne savais pas que Ségolène avait des soutiens...aurais-je raté un éléphant dans un couloir ? ;-))@FannyMerci de ton com. En plus tu as résumé en uen uen phrase mon billet . Amicalement

fanny 24/03/2007 18:35

La photo est GENIALE...
j'ai adoré le "soutien" de chichi: puisqu'on n'a pas pu le rétamer, votez donc pour lui, mais si vous pouviez le rejeter, j'aurais une retraite tellement heureuse...

Falconhill 22/03/2007 11:19

Chirac est décidément autant d'essence gaulliste que je suis potentiel curé de la paroisse de Saint Jean du Gard.
Tu as en grande partie raison sur ton analyse, Serval, mais tu aurais du aller plus loin. Chirac pouvait il se saborder en sabordant le candidat président du Parti Politique que lui même a crée ? Je te dis ça en appuyant sur l'aversion que j'ai pour ce parti stalinien "unique de la droite".
Enfin, coté 'soutien pourri', les deux "champions" sont servis. Ceux de Royal, qui voit un paquet de couteaux couillus derrière elle, sont assee velus aussi.
Bonne journée

Bruno Lamothe 21/03/2007 22:14

Il a confondu entre l'enterrement de Lucie Aubrac, notre amie, et celui du gaullisme, le pauv' Chichi... oser dire, dans son bureau de représentant de l'Etat, qu'il va soutenir le candidat parce qu'il est candidat de son parti, c'est non seulement la mort ferme et définitive du gaullisme, mais aussi un joli foutage de gueule...
Bon, je sais, je suis tétu, c'est une partie de mon charme (l'autre, c'est mon physique avenant et mon AMEX...) ;-))