Britney Spears et Madonna et le tribunal des flagrants délires

Publié le par Serval

britney-spears-madonna.jpgEh oui l'occident est en pleine décadence. Cela faisait longtemps que nous le savions, et pourtant la preuve était la sous nos yeux.

Car nos moeurs ne sont pas pures. Je ne parle pas là des arnaqueurs en tout genre tel que les polémistes à géométrie variable et à contre-emploi multiples qui hantent visqueusement les plateaux de télé et les studios de radio. Je ne parle pas non plus du retour de la messe en latin afin que le nouvel obscurantisme revienne en même temps que la négation des thèses de l'évolution de l'homme, et encore moins de la surexploitation maladive des richesses de cette planète, à commencer par ses humains.

Non la décadence la Vraie. Cette hydre qui ronge le coeur des plus faibles et provoque chez le sage dans un ultime sursaut de tolérance l'envie de couper toutes les têtes qui dépassent. La décadence des moeurs, celle la même qui frappe au séant de la bienséance. Celles des turpidudes les plus abjectes. J'ai nommé : Les chanteuses à gogos  dont les voies naturelles sont plus visibles que leur voix remixée n'est audible.

Bref, coupons court, et surtout coupons. C'est ce qu'a annoncé, à propos de Madonna et Britney Spears,  le je ne sais plus trop qui de je ne sais plus trop quoi (en fait je m'en fous comme de la première Macarena dansée à l'UMP ou de la dernière tentative de suicide collectif post naufrage du PS, c'est dire...). En tout cas c'est un homme important puisque qu'il a fait la une de tout ce qui compte pour faire parler (et surtout vendre) des chanteuses à textes aussi ininteressants que ceux de Vincent Delerm, mais prononcés sur un ton plus rythmé afin que le public fasse son aérobic plutôt que d'avoir envie de se pendre après.

Et qu'est ce qu'elles lui ont fait ces deux là ? Parce que les traiter de "prostituées" et vouloir leur couper la tête si elles continuent est a peu près aussi farfelu que les crétins de la secte voisine qui avaient demandé dans les années 80 à leurs lobotomisés de service de casser leurs disques de Michël Jackson.

Et de là, à ajouter qu'elle diffusent une culture satanique contre l'islam... il faut être sérieux. Tout au plus contre le bon goût. Donc mon p'tit gars (tu permets que je t'appelle mon pt'it gars ?) avant de faire des déclarations à l'emporte pièce et dire que "si" tu les rencontre tu leur coupes la tête, comme si un barbu armé d'un cimeterre n'allait pas alerter les services de sécurité même américains (enfin ceux qui se sont souvenus le 12 qu'une menace d'attentat planait pour le 11 septembre), faudrait d'abord voir à regarder s'il n'y a pas des choses plus urgentes à faire. Refléchir par exemple... a moins que tu ne soit  qu'une groupie déçue en voyant ton idole aller feter le nouvel an juif et que dans un excès de courage tu n'ais pas osé le dire.

Pourtant tu as raison, elles sont coupables. Coupables de prétendre vendre de la soupe au prix du caviar, coupables d'abrutir ceux qui pensent désormais que la culture commence avec l'une et finit avec l'autre, coupables d'avoir essaimé des clones à travers la planète et qui ne songent plus qu'a les imiter dans un conformisme larvé et ce pour une once de célébrité. Si toutes les sans-culottes étaient révolutionnaires il y a longtemps qu'on aurait avancé.
spears.jpg
Donc Britney Spears et Madonna sont coupables, et leurs disques vous en convaincront mieux que moi. Mais ça ne vaut pas le peine de leur couper la tête.

Au surplus, je déteste la tête de veau.

Publié dans Toutes griffes dehors

Commenter cet article

falconhill 16/09/2007 16:24

Trés bon billet... Trés bon

brigetoun 16/09/2007 11:27

salubre mon cher. Que j'aime : "si toutes les sans-culottes étaient révolutionnaires..." (on pourrait mettre ça au masculin, et peut-être oserais-je le penser "si tous les révolutionnaires en mots étaient révolutuonnaires...")me sens très seule quelquefois, sur ce point là aussi. Maintenant qu'elles fassent ce qu'elles veulent mais qu'elles ne le venndent pas et n'en fassent pas un substitut de pe nsée